Rappel et définition de la RE2020

La RE2020 (Réglementation Environnementale 2020) est un nouveau texte de loi initié par le ministère de la transition écologique qui devait initialement entrer en vigueur au 1er janvier 2020 mais qui a cependant été repoussé pour une application au 1er janvier 2021.
L'intérêt principal de cette réglementation qui fait suite à la RT2012, est de réduire drastiquement les émissions de CO2, de manière généralisée, du début de la construction du bâtiment neuf jusqu’à son utilisation effective par le foyer.
Préalablement à l’adoption de ce texte de loi, les ministères de la transition écologique et de la ville et du logement ont lancé plusieurs phases d’expérimentation entre 2019 et 2020 pour éclaircir certains facteurs et critères de choix de ce texte, mais aussi pour préciser les effets attendus sur l’ensemble du secteur du bâtiment (premier et second oeuvre).
 

Les objectifs du ministère de la transition écologique

Tweet RE2020 Elisabeth Borne

Les objectifs fixés par ce nouveau texte encouragé par les ministères respectifs d’Elisabeth Borne, d’Emmanuelle Wargon et de Julien Denormandie sont simples et concis et ont une orientation écologique assumée.

Les 3 objectifs principaux sont :

  1. Réduire l’impact des émissions de CO2 des constructions neuves

  2. Renforcer les objectifs énergétiques actuels

  3. Garantir des performances énergétiques et climatiques aux foyers habitants

Étant responsables de 25 à 30% des émissions de gaz à effet de serre, les bâtiments (maisons individuelles, bâtiments tertiaires et industriels,...) font partie des mauvais élèves en matière de performances énergétiques.
Le combat contre le changement climatique, d'ailleurs réaffirmé dans la loi Énergie Climat, est un dossier brûlant pour les ministres français et pour les chefs d'État signataires de la loi climat. En effet, l’objectif affiché par la France est d'atteindre la neutralité carbone avant la deuxième moitié du siècle (2050).

L’objectif premier du texte de loi relatif à la RE2020 est de réduire au maximum les émissions de CO2 des constructions dès la première brique posée.
Effectivement, de la construction de la structure et durant tout son cycle de vie, les bâtiments neufs devront avoir un impact écologique moindre. Les modes de construction, les matériaux utilisés pour ériger l’édifice, les méthodes de chauffage (chaleur renouvelable) et même les techniques bioclimatiques pour conserver la chaleur ou le froid sont autant de vecteurs qui sont concernés par le spectre de cette nouvelle réglementation.
Evidemment, l’Etat encourage à l’utilisation d’énergies décarbonées afin de limiter au maximum l’impact écologique de la construction sur l'environnement.

Le point numéro 2 remis en exergue par les ministères réside dans la continuité des efforts préalablement demandés.
Par exemple, les attentes des institutions seront davantage strictes quant aux méthodes d’isolation utilisées pour les nouvelles constructions. Quel que soit le type de chauffage installé, les performances d’isolation constatées seront évaluées grâce à un nouvel indicateur appelé “besoin bioclimatique” (Bbio).

Enfin, le troisième objectif a pour ambition de garantir aux habitants de ces nouvelles constructions un confort de vie amélioré lors des périodes climatiques extrêmes (fortes chaleurs ou épisodes hivernaux).
Les qualités thermiques des bâtiments doivent effectivement garantir aux foyers un confort renforcé, notamment lors des épisodes de fortes chaleurs, en conservant une température agréable dans les intérieurs sans engendrer de surconsommation d’énergie (climatisation, VMC,…).

 

A qui cette réglementation s’applique-t-elle ?

Comme évoqué ci-dessus, la RE2020 (Réglementation Environnementale 2020) s’applique exclusivement aux constructions neuves (maisons individuelles, bâtiments commerciaux,...). Les principaux acteurs visés sont donc essentiellement les professionnels du bâtiment, les constructeurs de maisons individuelles mais aussi toutes les entreprises présentes sur le marché de la construction de bâtiments tertiaires.

 

RE2020 : quid des volets roulants

Volets roulants posés en applique

Les volets roulants jouent également un rôle important dans les performances thermiques d’un ouvrage. Étant inéluctablement associés aux fenêtres d’un bâtiment, les volets roulants sont souvent les derniers remparts contre les variations de température ressenties à l’extérieur.
Le vaste marché des menuiseries aluminium regorge de produits divers et variés présentant des performances thermiques souvent très disparates. Les fabricants de volets roulants doivent alors faire l’effort de proposer des lames de tablier performantes thermiquement (densité de la mousse, épaisseur du feuillard d’aluminium).
Le choix et l’installation d’un volet roulant, qu’il soit manuel ou électrique, jouent un rôle majeur dans les performances thermiques futures du bâtiment concerné. En effet, il est important de se renseigner sur les qualités intrinsèques des lames (aluminium ou PVC), mais il est également indispensable de connaître les subtilités entre les différents types de pose possibles. Par exemple, installer ses volets roulants en applique sera davantage bénéfique en termes d’isolation thermique que si ce même volet est fixé “en tableau”.
Les volets roulants ne sont pas clairement cités dans les textes relatifs à la RE2020, mais faisant partie intégrante de la construction d’un bâtiment, il est difficilement envisageable d’imaginer qu’ils ne sont pas concernés. Les menuiseries extérieures étant souvent considérées comme des passoires thermiques, il serait logique et naturel que tout dispositif contrant cette déperdition soit concerné par ce nouveau texte.

RT2012 VS RE2020 : quelles différences ?

Différence entre RT2012 et RE2020

La réglementation environnementale 2020 est en quelque sorte une réédition plus stricte encore de la RT2012 (Réglementation Thermique 2012).
Assurément, cette nouvelle mouture devant entrer en application au 01 janvier 2021 reprend quasiment les mêmes lignes que la première version de 2012 mais elle y inclut les points suivants :

  • Impact carbone dès la construction du bâtiment
  • Production d’énergie du bâtiment neuf